(SAHARA) au pas

Notre lubie : le grand Sa-ha-ra ! Les dunes à perte de vue avec pour seul confort un dromadaire qui porte notre barda. Un échantillon de vie à la berbère.

Au programme :

  • Atterrissage à Ouarzazate
  • 4h de route dans la Vallée du Drâa pour arriver à M’Hamid, aux portes du désert
  • 3 jours 2 nuits de trek dans le Sahara avec 1 guide, 2 chameaux et leur chamelier
  • Nuit et journée piscine à Zagora

Processed with VSCO with c1 preset

Trek 1001 étoiles

Notre guide Faska nous accueille chez lui un vendredi midi. Il nous offre olives, oranges, cacahuètes puis nous partageons un couscous pendant que son frère joue du blues berbère avec sa guitare électrique. Ambiance BEBO, berbère bohème.

Et puis nous apprenons qu’il faut attendre… Attendre jusqu’à 16h que le soleil brûle moins, faire la sieste. Novices, on s’impatiente on trépigne comme des enfants qui ne veulent pas attendre que la cloche sonne pour aller jouer dans le bac à sable. Allez en route, je n’ai pas envie de dormir, tant pis le chamelier nous rattrapera avec les dromadaires.

Nous quittons le village, après avoir acheté un chèche, visitons l’ancienne Kasbah suivi par une troupe d’enfants et nous entrons dans le désert direction… je ne sais pas trop.

IMG_6579

Autant Faska marche lentement dans le village mais dès qu’il est sur le sable il nous devance de plusieurs mètres.

La ville s’éloigne derrière nous et quand nous pensons à la réponse à notre question « et si on se fait piquer par un serpent ? »  » Je ne sais pas, in challah comme on dit  » nous devenons un peu fébriles. Finalement nous avons eu raison de lui faire entièrement confiance.

Je profite d’un break sous un tamaris pour lui faire part de mon besoin d’objectif psychologique, sinon « je commande un 4×4, on fait le tour des viewpoint, et manman on rentre à Melun ».

Faska, non sans quelques gentilles moqueries, me distribue les carottes :

  1. Dune wahou.
  2. Puit berbère et Dune wahou wahou.
  3. Retour à M’Hamid par un joli village. 

Promesse tenue, les dunes sont wahou. Le chamelier arrive enfin. Le soleil se couche et nous découvrons notre bivouac 1001 étoiles. Tajine d’agneau au coin du feu, tente Quechua (sous laquelle un petit scorpion est venue dormir) et lampe frontale.

Processed with VSCO with c1 presetProcessed with VSCO with c1 preset

Comme partout la nature s’est adaptée et Faska nous décrypte son monde. Les racines infinies des  tamaris, le cri du moineau du désert, le terrier de la gerbille, la marque du serpent sur le sable, la faune qui s’éveille la nuit…

Pour ceux qui croyaient que le Sahara n’était qu’une suite de dunes c’est bien plus varié que cela.

Étendue de galets noirs sur lesquels se forment des mirages, une terre si sèche qu’elle en est craquelée et sur laquelle prospèrent pourtant des tamaris, des acacias et de petits arbustes. On imagine volontiers qu’il y avait une mer autrefois avec des îlots de dunes.

Apres 3h de marche à travers ces paysages, quelle joie de se rafraîchir dans le puit berbère. Nous sommes vite rejoints par une famille de dromadaires. L’eau y est étonnamment fraîche.

Processed with VSCO with c1 presetProcessed with VSCO with c1 presetProcessed with VSCO with c1 presetCiao la family nous rejoignons Faska sous les tamaris à 10 min de marche. La cuisine est installée ainsi que nos couches de pacha pour quelques heures d’attente/détente à écouter le silence. Orange, olives, lentilles et salade de fruits à la confiture de datte.

Direction la dune Whaou ++, qui culmine à environ 40 mètres de haut. Nous passons une partie du chemin sur le dos d’un de nos dromadaire.

Faska et le chamelier s’arrêtent prendre du bois nous continuons seuls pour ne pas rater notre apéro Sunset. Bien évidemment ton apéro c’est ta bouteille d’eau mais après 4h de marche, enlever tes chaussures et dévaler une dune tiède te détends tout autant qu’une bière fraîche.

Pour le dîner, nous avons le plaisir de goûter au pain de sable pétri par le chamelier, et cuit dans les braises et le sable, une tuerie, le meilleur pain que l’on ait mangé au Maroc. 

Durant ces 3 jours nous n’avons finalement croisé que 5 dromadaires et le retour à la civilisation se fait en douceur. Au fur et à mesure les Palmiers dattiers réapparaissent puis les champs de blés, un âne, des femmes chargées de bidons d’eau.

Et si on devait changer quelques chose…

Durant tout le séjour Faska nous a laissé à la fois des moments à 2 mais a également été très présent et à notre écoute. Un juste équilibre très appréciable. À la nuit tombée il vérifie toutes les 5 min si une araignée ou un scorpion n’arrive pas sur notre natte. Malgré notre insistance au second arachnidé blanc qui s’approchait de notre assiette on comprends pourquoi il refuse que nous dormions à la belle étoile.

Nous apprenons qu’il est possible de tout faire et notamment de mixer dromadaire et 4×4. Une alternative séduisante.

Dans toutes les bouches Erg Chegaga et Merzouga sont comparés aux MacDonald du désert, autoroute à touristes et campement peu écolos pour le confort des européens.

Processed with VSCO with c1 preset

RÉCONFORT

  • Bénies soient les lingettes, la lampe frontale et le dentifrice BIO (t’as compris ? Bio !).
  • Beurre de lèvre. Tu ne transpires pas, ce sont tes lèvres qui t’informent que tu es en train de te dessécher comme un vieux pruneau. 
  • Pipi sauvage = papier toilette + briquet, pour ne laisser aucune trace de ton passage.
  • Obsédés des microbes, s’abstenir. Vous imaginez bien que la vaisselle n’est pas faite a l’eau minérale ni avec du liquide vaisselle. Et le Monsieur il fait aussi pipi sauvage comme vous. Point de tourista pour nous, de l’eau minérale nous est dédiée, tout est soigneusement bouilli et les épices font une barrière naturelle.
  • Chargeur portable
  • Duvet
  • Pas besoin de gourde
  • Chaussures de marche légères, en toile. Le mieux est une chemise en lin qui fait ventilateur naturel. 
  • Colyre, crème solaire.
  • Le soir au coin du feu et le matin : jogging pull suffisent, en avril en tout cas.  

MONEY MONEY MONEY

  • Le séjour (3 jours 2 nuits) nous a coûté 300 euros pour 2.
  • Pas de DAB à M’Hamid.
  • Beaucoup prennent les euros.
  • Peu de machine à CB.

Azalai Lodge, l’oasis chic

Processed with VSCO with c1 preset

Direction Zagora. Petit stop au souk, vite alpagués par des rabatteurs nous rangeons le portefeuille et repartons le tote bag vide. Tant Pis.

« Nous vous avons surclassés dans une suite ! » Ça commence bien hihi ! Nous passons deux jours au bord de la piscine de l’Azalai Lodge pour un repos bien mérité. Deco Pinterest, piscine belle et fraîche, et cuisine moderne et raffinée. Clap clap.

Points faibles :

  • Pas de wifi (possibilité de faire un partage de connexion),
  • Pas de massage/manucure (car pas de personnes qualifiées dans les environs),
  • Menu unique

Points forts :

  • Une grande bibliothèque, des jeux de société, des vélos
  • Surtout un personnel aux petits soins. 

La vallée du Drâa        IMG_6330Processed with VSCO with g3 preset

Malheureusement le temps et la saison (peu d’eau dans le fleuve) ne nous ont pas permis de faire de nombreuses haltes.

La route est paraît-il l’une des plus belles du Maroc. D’abord montagneuse et quasi lunaire jusqu’à Agdz, elle rejoint le cours Drâa, fleuve bordé d’un ruban vert, la plus grande palmeraie du monde, et jalonné d’une suite de ksours et de kasbah en pisé.

Sur des kilomètres la crête de l’anti-Atlas se profile au loin.

Stop

  • Cascade de Tizgui.
  • Ne pas hésiter à s’arrêter pour se balader dans les plantations et atteindre les bords du Drâa.
  • Tamegroute, pour acheter des poteries.

Maisons d’hôte à Ouarzazate

Nous avons testé Dar Kamar et Rose Noire. Les deux ont un roof-top, of course !

  • Rose Noire est plus traditionnel mais la vue y est plus dégagée.
  • Dar Kamar, moderne et chic. Petit bonus : spa et Hammam.

Dîner peu fameux chez Douyria, numero 1 sur Trip pourtant.

Demandez à l hôtel quelque chose de plus goûteux et plus charmant.

JOLIES PHRASES

« Le désert ça se mérite. »

« Nous sommes Berbères avant d’être Marocains. »

« Les mensonges ont les jambes courtes. »

« Je suis né avec du sable dans les yeux »

« Un thé sans mousse c’est comme un Berbère sans turban. »  

LA VALLÉE DÉCHIFFRÉE

« Une pastèque consomme 1000 litres d’eau. »

« Le marathon des sables c’est 250km composés d’étapes de 30 à 40 km, le gagnant Rachid les fait en 3h à environ 13km/h, d’autres en 10h. »

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s